theme-sticky-logo-alt
traitement cystite antibiotiques

Quel est le traitement de la cystite ?

Depuis quelques années, le traitement de la cystite et sa prise en charge ont fait l’objet de nouvelles recommandations.

La cystite se manifeste par une infection bactérienne de la vessie, sans risque de complications. Les médecins parlent d’infection urinaire bactérienne simple.

Elle est très fréquente chez la femme (lire aussi comment soigner une infection urinaire), et donc constitue un enjeu de santé publique. 

En effet, la résistance croissante aux antibiotiques fluoroquinolones a contraint les médecins à revoir leur stratégie de traitement. Feeli fait le point sur le traitement de la cystite et sa prévention.

Consultez un médecin en ligne

Besoin d’un médecin sans RDV ?
Consultez rapidement en ligne.
Possibilité de recevoir un traitement adapté si nécessaire.
Consultation par messagerie instantanée.

  1. Quel est le traitement de la cystite ?
  2. Combien de temps dure une cystite sans traitement ?
  3. Comment soigner une cystite sans antibiotique ?

Quel est le traitement de la cystite ?

De manière générale, le traitement de la cystite repose sur les antibiotiques, même si le traitement de la cystite chez l’homme est différent.

D’après l’Association française d’urologie (AFU), l’épargne des fluoroquinolones doit être privilégiée par les médecins, face à la résistance locale à ces antibiotiques.

Un autre type d’antibiotique que les fluoroquinolones doit donc être prescrit dans la mesure du possible pour les infections urinaires bactériennes simples.

En effet, plusieurs points ont évolué : 

  1. La monothérapie doit être privilégiée, c’est-à-dire, la prise d’un médicament en dose unique ;
  2. Afin de réduire la résistance des bactéries aux antibiotiques, le traitement doit être le plus court possible.

Le diagnostic doit également être clair et la personne présenter des symptômes urinaires spécifiques, parmi lesquels : 

  • Une envie d’uriner souvent (pollakiurie) ;
  • Une dysurie : des brûlures lors du passage des urines (miction douloureuse) ;
  • L‘impériosité ou l’urgence de la miction (urgenturie). Il s’agit du fait de ne pas pouvoir se retenir d’uriner ;
  • L’absence de fièvre.

Parfois, le diagnostic de la cystite chez la femme est confirmé par le test de la bandelette urinaire (BU). En effet, la recherche de nitrites et/ou de leucocytes (globules blanc) dans les urines est nécessaire. 

La cystite peut aussi être asymptomatique (sans symptômes), mais l’examen des urines révèle parfois la présence anormale de bactéries. On parle alors de bactériurie asymptomatique.

Le résultat de la BU peut donc influencer le choix du médecin dans la prescription de l’antibiotique. Il est aussi fréquent qu’aucun germe spécifique ne soit retrouvé (lire aussi quel traitement pour l’infection urinaire sans ordonnance). 

Dans ce cas, une antibiothérapie probabiliste est mise en place par le médecin, c’est-à-dire qu’il choisira le traitement en fonction de la probabilité de retrouver une bactérie dans l’appareil urinaire.

Traitement de la cystite : fosfomycine trométamol en dose unique

Aujourd’hui, face à la résistance locale aux quinolones, l’antibiothérapie de première intention repose sur la fosfomycine trométamol, en dose unique (voir qu’est-ce que le Monuril).

Cette classe d’antibiotiques permet de préserver les fluoroquinolones, tout en évitant la prescription de la nitrofurantoïne, qui nécessite une durée de traitement plus longue.

Cela étant, la fosfomycine peut être contre-indiquée chez certaines personnes, notamment en cas d’allergie connue.

Le traitement de deuxième intention fait donc appel à la nitrofurantoïne, généralement prescrite sur une durée de 5 jours.

Le médecin peut également choisir de prescrire une fluoroquinolone, en accord avec l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le cadre du traitement de la cystite, parmi lesquels :

  • Ciprofloxacine, norfloxacine, loméfloxacine ou ofloxacine, en dose unique ou pendant 3 jours.

De manière générale, le choix de l’antibiotique, et notamment de la nitrofurantoïne, peut être influencé par les antécédents médicaux de la patiente

Par exemple, le risque de résistance aux fluoroquinolones est aggravé, si la personne a pris un antibiotique de cette famille lors de ces 6 derniers mois. La nitrofurantoïne pourra alors être préférée. 

Malgré tout, la fluoroquinolone présente l’intérêt de pouvoir être utilisée en traitement court et de manière très ciblée sur la cystite. Seulement, face à la résistance à ce traitement, il est aujourd’hui davantage réservé pour les infections urinaires compliquées (graves).

À lire aussi : quel est l’antibiotique le plus efficace pour l’infection urinaire 

Combien de temps dure une cystite sans traitement ?

Dans tous les cas, un traitement est nécessaire, qu’il soit médicamenteux ou non.

Sans traitement, un risque de complication existe et surtout, sans antibiotiques, les études montrent que les symptômes de la cystite peuvent durer 1 à 3 jours de plus

Malgré tout, le risque de pyélonéphrite (infection du rein), la principale complication, est faible. L’absence de traitement augmente cependant le risque que des bactéries colonisent les reins.

Cette colonisation bactérienne de la vessie ou des voies urinaires, à l’origine de la cystite, est par ailleurs principalement causée par le germe Escherichia coli

Avec les antibiotiques, l’infection urinaire de la vessie (cystite) guérit assez rapidement, en quelques jours.

Les symptômes de la cystite aiguë peuvent néanmoins persister pendant 2 à 3 jours après la mise en place du traitement, généralement la fosfomycine en dose unique.

Dernièrement, même si la cystite guérit naturellement ou spontanément, en l’absence de traitement, le risque de récidive est plus élevé.

Les médecins estiment ainsi qu’une femme sur dix est concernée par un épisode de cystite chaque année, que 20% de ces femmes feront une cystite récidivante (lire aussi soigner une infection urinaire en 10 minutes)

Comment soigner une cystite sans antibiotique ?

Ce choix est parfois volontaire de la part de la patiente. Dans les études menées, le traitement de la cystite sans antibiotique a entraîné une pyélonéphrite chez environ 0 à 5% des femmes. 

Donc, le risque de complication d’un traitement sans antibiotique n’est pas absent, même si le risque est faible.

Malgré tout, environ 95% des femmes ne développent pas de pyélonéphrite sans traitement antibiotique. Donc ce choix revient au médecin et à la patiente (voir aussi, comment soigner une cystite). 

Nous détaillerons malgré tout des alternatives possibles aux antibiotiques. Il existe également des traitements disponibles sans ordonnance en pharmacie. Attention toutefois à ne jamais essayer l’automédication : rien ne remplace le diagnostic d’un médecin généraliste

De plus, les études montrent que les antibiotiques sont quand même utilisés dans un second temps chez 50% des patients qui ne se traitent pas au départ.

Les traitements naturels de la cystite

Les mesures générales liées à l’hygiène de vie suffisent parfois à soigner l’infection urinaire (voir, comment soulager une infection urinaire). Cependant, les symptômes seront généralement 2 à 3 jours plus longs. Il est donc conseillé :

  • De boire beaucoup d’eau, environ 2 à 3 litres par jour, particulièrement en été, l’idéal étant de boire de l’eau chaude ou des infusions ;
  • D’éviter d’aller aux toilettes trop souvent si possible ;
  • Utiliser des produits naturels ou des médicaments à base de plantes (phytothérapie) :
    • D-Mannose pendant une durée de 10 à 14 jours, afin que le traitement dure quelques jours après la fin des symptômes. Il est conseillé de prendre 2g 3 fois par jour ;
    • Raifort et/ou de la capucine, des plantes disponibles sous forme de préparation prête à l’emploi ;
    • Raifort seul fraîchement râpé : une cuillère à soupe par jour ;
    • Préparations de busserole pendant 7 jours maximum. 

Massage du bas ventre, traitement par le chaud

Lorsque les douleurs sont sévères, un massage du bas ventre avec de l’huile de l’eucalyptus soulage parfois les symptômes. Des compresses chaudes et une bouillotte peuvent aussi être appliquées au niveau de la vessie pour calmer la douleur. 

S’agissant des médicaments pour soulager la douleur (autres que des antibiotiques), l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n’est plus recommandée.Iil est préférable de prendre du paracétamol.

Quand consulter un médecin ?

Il est conseillé de consulter un médecin dès lors que des symptômes urinaires   apparaissent : 

  • Envie fréquente d’uriner ;
  • Douleurs à la miction, brûlures ;
  • Caractère urgent de la miction.

Le choix du traitement ne doit donc jamais être décidé avant le diagnostic d’un médecin. Notamment pour préciser la cause de l’infection et déterminer quel traitement sera le plus efficace. 

Les causes de l’infection urinaire sont généralement la colonisation bactérienne des voies urinaires, de l’urètre ou de la vessie (la prostate chez l’homme) par les germes Escherichia coli et plusieurs autres entérobactéries

En cas de symptômes urinaires ou de cystites récidivantes, rapprochez-vous d’un médecin généraliste. Lors d’une consultation en ligne, il vous sera possible de mettre en place un traitement adapté.

maladies hiver
Article précédent
Comment se prémunir des maladies de l’hiver ?
Combien de temps dure une sciatique ?
Article suivant
Quelle est la durée de la sciatique ?
15 49.0138 8.38624 1 4000 1 https://blog.feeli.io 100 0