theme-sticky-logo-alt
Anti douleur puissant. Opioïdes.

Anti-douleur puissant : qu’est-ce qu’un opioïde

Un anti-douleur puissant est un médicament antalgique opioïde (analgésique) prescrit pour traiter une douleur intense. 

Contrairement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène ou l’aspirine, et aux antalgiques classiques (paracétamol), les antalgiques opioïdes sont généralement dérivés de la morphine.

Disponibles sur ordonnance, les antalgiques opioïdes sont prescrits par les médecins sur une période la plus courte possible, en raison du risque d’effets secondaires, d’usage abusif et de dépendance. 

On fait le point avec l’équipe médicale de Feeli. 

Consultez un médecin en ligne

Besoin d’un médecin sans RDV ?
Consultez rapidement en ligne.
Possibilité de recevoir un traitement adapté si nécessaire.
Consultation par messagerie instantanée.

  1. Quel est l’anti-douleur le plus puissant ?
  2. Effets secondaires et risques des antidouleurs (antalgiques opioïdes)

Quel est l’anti-douleur le plus puissant ?

Un anti-douleur puissant appartient généralement à la classe des médicaments antalgiques opioïdes. Du grec anti (contre) et algos (douleur), les antalgiques, comme leur nom l’indique, sont utilisés pour traiter ou soulager la douleur

Il existe 3 catégories de médicaments antalgiques : 

  1. Les médicaments non opioïdes, comme les AINS (ibuprofène, aspirine, kétoprofène, naproxène, coxibs, etc.) et le paracétamol. Les médecins prescrivent ces médicaments pour traiter les douleurs légères à modérées ;
  2. Les opioïdes de palier III (ou narcotiques), principalement dérivés de la morphine, mais pas seulement. On retrouve par exemple le fentanyl, la buprénorphine, la méthadone, ou encore la codéine et le tramadol ;
  3. D’autres médicaments, que l’on appelle adjuvants, normalement utilisés pour traiter d’autres maladies comme la dépression ou les convulsions, peuvent s’avérer utiles pour soulager la douleur. 

Les antalgiques opioïdes (analgésiques) sont généralement les médicaments antalgiques les plus puissants utilisés par les médecins. On parle aussi parfois de narcotiques, en raison de leur usage abusif et détourné. 

Ils sont efficaces pour traiter de nombreuses douleurs, comme les douleurs dentaires ou le mal de dos (lire également meilleur anti-inflammatoire pour soulager une sciatique).

La majorité des opioïdes sont chimiquement liés à la morphine et dérivés de cette substance. 

Mais d’autres opioïdes peuvent être produits en laboratoire et extraits d’autres plantes. On parle aussi de substances psychoactives, en raison du fait qu’elles agissent sur la perception de la douleur dans le cerveau. 

Quand utiliser un anti-douleur puissant ?

Généralement, les médecins prescrivent des antalgiques opioïdes sur une courte durée, afin de traiter une douleur intense susceptible de guérir rapidement.

Par exemple, on peut utiliser un opioïde en cas de douleur causée par une blessure, ou encore, après une intervention chirurgicale.

Dans la mesure du possible, il est important d’utiliser des médicaments moins forts dès que possible (AINS ou paracétamol), afin de prévenir le risque d’effets secondaires (lire aussi antalgique et anti-inflammatoire en même temps).

De plus, certaines personnes détournent l’usage purement médical des opioïdes et peuvent tomber dépendantes. 

Pour toutes ces raisons, l’usage des opioïdes n’est généralement pas recommandé en cas de douleur chronique.

En revanche, les médecins peuvent prescrire des opioïdes sur une plus longue période, pour les personnes qui souffrent d’une maladie grave. 

Par exemple, les opioïdes peuvent être utilisés en cas de douleur intense provoquée par un cancer ou une maladie en phase terminale. Ces médicaments sont donc particulièrement prescrits en soins palliatifs, dans le cadre des soins de fin de vie.

Dans ces deux situations, les patients sont suivis médicalement ou hospitalisés, ce qui permet généralement aux médecins de leur éviter les effets secondaires, ou de les prendre vite en charge.

Pour davantage de conseils médicaux, consultez un médecin généraliste en ligne sur Feeli, 24/7.

Effets secondaires et risques des antidouleurs (antalgiques opioïdes)

Les anti-douleurs puissants ont de nombreux effets secondaires. De plus, les personnes qui souffrent de certains troubles présentent un risque plus élevé de développer des effets indésirables.

Parmi ces troubles, on trouve : 

  • L’insuffisance rénale ;
  • L’apnée du sommeil non traitée ;
  • Une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ;
  • Un trouble hépatique (foie) ;
  • Une pathologie cérébrale, comme la démence.

Parmi les effets secondaires fréquents des opioïdes, nous retrouvons : 

Les effets secondaires moins fréquents de ces anti-douleurs comprennent :  

  • Une rétention urinaire (incapacité ou difficulté à vider complètement la vessie) ;
  • Des contractions musculaires, spasmes ; les médecins parlent de myoclonie ;
  • Des démangeaisons (prurit) ;
  • Un ralentissement dangereux de la respiration ;
  • Le décès de la personne.

Tolérance et dépendance physique aux antidouleurs

En cas de prise prolongée et répétée des opioïdes, certaines personnes peuvent développer une tolérance, c’est-à-dire que les opioïdes peuvent faire moins d’effet avec le temps.

Ces personnes peuvent donc avoir besoin de doses supérieures, car leur organisme s’adapte au médicament. 

Malgré tout, généralement les antidouleurs demeurent efficaces pendant une longue période chez la plupart des personnes.

Par ailleurs, le fait d’avoir besoin d’une dose plus élevée peut être le signe que la maladie s’aggrave, et non pas qu’une tolérance s’installe.

Dernièrement, une dépendance physique peut également apparaître chez les personnes traitées aux opioïdes pendant une longue période. C’est pourquoi, en cas d’arrêt du médicament, elles peuvent ressentir des symptômes de sevrage

Les symptômes de sevrage peuvent comprendre : 

  • Des frissons ;
  • De la diarrhée ;
  • Des crampes abdominales ;
  • Un sentiment d’énervement ;
  • Des troubles du sommeil.

Afin d’éviter l’apparition de ces symptômes de sevrage, les doses doivent donc être réduites progressivement en cas d’arrêt du traitement. 

Dernièrement, il est nécessaire de différencier la dépendance physique d’un trouble lié à l’usage des opioïdes (addiction).

En effet, dans le cadre de la dépendance physique, le besoin de médicament est lié à une utilisation compulsive, non contrôlée, malgré les effets secondaires. 

Si vous souffrez de douleurs chroniques ou intenses, il est important de consulter un professionnel de la santé lors d’une consultation en ligne.

Un médecin généraliste pourra vous fournir un diagnostic précis et des conseils appropriés sur le traitement de votre douleur.

Sources :

ibuprofène sans ordonnance
Article précédent
Peut-on acheter de l’ibuprofène sans ordonnance en France ?
Brûlures d'estomac. Reflux gastro-œsophagien.
Article suivant
Comment soulager les brûlures d’estomac ?
15 49.0138 8.38624 1 4000 1 https://blog.feeli.io 100 0