theme-sticky-logo-alt
Comment soigner une tendinite ?

Comment soigner une tendinite ?

La tendinite est une blessure des tendons pouvant affecter de nombreuses personnes, notamment les sportifs (lire aussi combien de temps d’arrêt pour une tendinite). Du fait de sa fréquence et parce qu’il s’agit d’un motif de consultation fréquent, nous allons nous demander aujourd’hui : comment soigner une tendinite ?

Les médecins préfèrent parlent de tendinopathies, pour faire référence à ces douleurs tendineuses, sans toujours en connaître la cause exacte (déchirure, inflammation locale, dégénérescence chronique…).

On fait le point sur les facteurs de risque de la tendinite, comment la soigner, la soulager, et quels sont les traitements médicamenteux et naturels possibles.

Consultez un médecin en ligne

Besoin d’un médecin sans RDV ?
Consultez rapidement en ligne.
Possibilité de recevoir un traitement adapté si nécessaire.
Consultation par messagerie instantanée.

  1. Comment soigner une tendinite ?
  2. Comment soigner une tendinite : définition et rôle du tendon
  3. Quels sont les symptômes de la tendinite ?

Comment soigner une tendinite ?

Les tendinites peuvent toucher de nombreuses parties du corps (bras, épaules, coiffe des rotateurs, coude, poignet, genou, pied) mais les traitements sont généralement adaptés aux symptômes.

Différents traitements sont envisageables. Pour des conseils médicaux personnalisés, n’oubliez pas que la consultation en ligne est possible sur Feeli, 24/7.

Comment soigner une tendinite à l’aide d’antalgiques ?

La première étape du traitement vise à soulager la tendinite et les douleurs à l’aide de médicaments antalgiques (paracétamol, aspirine). Il est également conseillé de se reposer physiquement, en évitant ou en diminuant les activités responsables des douleurs. 

S’agissant des tendinopathies, l’emploi d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n’est pas justifié, puisqu’elles ne s’accompagnent pas d’une réaction inflammatoire.

En cas de douleurs, les antalgiques sont donc préférés. Ils permettent notamment d’effectuer des mouvements des articulations sans trop de douleurs.

Cela facilite le processus de cicatrisation et de guérison (l’immobilisation complète aggrave les symptômes).

La thérapie par le froid et les massages

Le froid peut également être bénéfique et avoir des effets antalgiques sur la tendinite. Il est donc possible d’appliquer de la glace directement sur la zone douloureuse, lors d’un massage (lire aussi mal de dos : que faire). 

D’ailleurs, il peut être intéressant de suivre des séances de kinésithérapie, afin d’effectuer un massage profond dans la zone douloureuse. Ce type de massage mobilise les ligaments, les tendons et les faisceaux musculaires ; il peut être effectué 2 à 3 fois par semaine.

La rééducation par ondes de choc, ultrasons, ondes pneumatiques

La rééducation par ultrasons, ondes de choc en cas de tendinite chroniques, ondes pneumatiques, notamment en cas d’atteinte du talon d’Achille. Ces méthodes n’ont pas toujours de preuves scientifiques (on ne connaît pas les mécanismes exacts de guérison) mais sont parfois intéressantes.

L’injection d’un corticoïde en cas de tendinite sévère

Une injection d’un corticoïde est parfois réalisée en cas de tendinite de l’épaule très douloureuse. Attention toutefois : l’injection de corticoïde peut dissimuler le signal d’alarme douloureux et le patient risque de forcer sur son tendon déjà fragilisé lors de son activité physique. Cela peut avoir comme conséquence une rupture complète du tendon.

Autres alternatives : l’hydrokinésithérapie

Elle est très utile en prévention ou lors de la prise en charge du premier stade des symptômes, afin d’éviter que la tendinite ne s’aggrave. Elle permet également une mobilisation rapide et la poursuite de la pratique sportive sans risque de lésion liée à une surcharge. 

L’aquajogging permet notamment le déconditionnement cardio-pulmonaire ; le sportif pourra ainsi retrouver ses capacités physiques plus rapidement.

Combien de temps d’arrêt pour une tendinite ?

En cas de tendinite, le temps d’arrêt recommandé et nécessaire est variable : il dépend de la gravité de la tendinite. Pour un sportif de haut niveau, une tendinite est très longue à guérir, puisqu’il sera obligé de s’arrêter complètement, pour ne pas aggraver des symptômes. 

En moyenne, une tendinite dure généralement de quelques semaines à parfois plusieurs mois. Ces délais varient énormément selon la prise en charge médicale et le stade d’évolution de la tendinite. Une errance dans le diagnostic et le traitement aura de lourdes conséquences pour la santé du patient.

Il est donc primordial que le diagnostic soit faible, et qu’un traitement adapté soit proposé. Toutes les tendinites ne se ressemblent pas et les traitements peuvent différer, ou s’associer.

Comment soigner une tendinite : définition et rôle du tendon

Les tendons ont pour but de permettre aux articulations de bouger, en transmettant aux os les forces induites par les muscles. Mais ils ont également une fonction protectrice : ils limitent les lésions musculaires, en agissant comme un tampon. 

Les tendinites sont particulièrement fréquentes en médecine du sport : elles touchent près de 40% des joueurs de tennis et 30% des coureurs à pied. Le plus souvent, ces lésions tendineuses prennent la forme de microtraumatismes. Ces microtraumatismes peuvent être causés par des lésions de surcharge, liées à des facteurs externes. 

Il existe par ailleurs plusieurs termes pour définir ces atteintes tendineuses :

  • Tendinite : le terme utilisé couramment ;
  • Tendinose : terme réservé aux lésions dégénératives du corps du tendon ; 
  • Tendinopathie : terme préféré par les médecins par rapport à tendinite.

En effet, le terme de tendinite est souvent inapproprié : en dehors des atteintes aiguës, l’examen médical met rarement en lumière un caractère inflammatoire des lésions des tendons. Les médecins préfèrent donc parler de tendinopathie.  

Il est par ailleurs nécessaire de connaître la physiologie du tendon et les facteurs de risque liés à l’apparition d’une tendinite, afin de permettre la meilleure prise en charge possible et le meilleur traitement.

Comment soigner une tendinite : mécanisme et rôle du tendon

Le tendon est capable de supporter de lourdes charges ou des contraintes de longue durée, sans augmenter le risque de nécrose ou d’ischémie. 

L’ischémie est caractérisée par une insuffisance ou un arrêt de la circulation sanguine dans un organe ou une partie du corps, privant les cellules de leur apport en oxygène. Cela peut entraîner une nécrose, la mort d’un tissu. 

Cet apport nutritif des tendons se fait par l’intermédiaire des vaisseaux sanguins, provenant des muscles, mais aussi, dans une moindre mesure, des os. Malgré tout, ce réseau vasculaire est très sensible. Des zones de fragilité peuvent donc apparaître, lorsque cet apport nutritif est limité. 

Ces zones tendineuses fragilisées doivent ensuite supporter des charges élevées en torsion, en élongation ou en friction. Ainsi, ces plusieurs éléments peuvent être incriminés dans l’apparition des tendinopathies : 

  • Un trouble vasculaire en lien avec la diminution de l’apport nutritif des vaisseaux sanguins ;
  • L’âge ;
  • Des lésions de surcharge, parfois en lien avec un manque d’activité physique, ou lors de gestes mal contrôlés.

Cependant, ces mécanismes ne sont pas encore complètement élucidés et leur rôle n’est pas clair dans la physiologie des tendinites. D’autres facteurs en lien avec le système nerveux sont évoqués parmi les causes possibles des tendinopathies. 

Dernièrement, la tendinite est parfois associée à un échec de réparation des tissus lié à un stress mécanique.

Les différentes lésions tendineuses

Les lésions tendineuses peuvent être classées en 3 catégories : 

  • Les vraies tendinites en lien avec des maladies rhumatismales inflammatoires : la polyarthrite rhumatoïde, les arthrites ou arthropathies ;
  • Les ruptures des tendons : rupture du tendon d’Achille par exemple ;
  • Et les tendinopathies.

Les causes des tendinopathies peuvent être classées en 2 grands groupes :

  • Les atteintes naturelles (sans facteurs externes) : l’âge, des troubles neurologiques, un déséquilibre musculaire (lésions des muscles ischio-jambiers, par exemple), des troubles de perfusion, une surcharge pondérale, etc.
  • Les atteintes externes : répétition de charges importantes, geste technique incorrect,  blessures lors d’un entraînement trop physique, le matériel, la surface de jeu, etc. 

La prévention des tendinopathies externes implique donc une bonne connaissance de la pratique sportive pratiquée. Il est également primordial (que l’on soit amateur ou professionnel) d’être suivi médicalement et d’être en dialogue avec les différents acteurs du sport (préparateur physique, entraîneur).

S’agissant des ruptures des tendons, elles sont relativement rares. Généralement, elles sont causées par un choc direct ; les forces nécessaires pour rompre un tendon doivent par ailleurs être assez importantes.

Quels sont les symptômes de la tendinite ?

En plus de la douleur, les patients atteints d’une tendinite présentent parfois, une tuméfaction, voire un nodule. Un nodule est une petite formation anormale et arrondie, similaire à une petite boule palpable sous la peau.

Plusieurs classifications des symptômes de la tendinite existent, mais généralement, la suivante est adoptée par l’ensemble du corps médical : 

  • 1er stade : la douleur diminue rapidement après l’effort. L’évolution de la tendinite vers la guérison est assez rapide (moins de 2 semaines). La capacité physique est toutefois réduite ;
  • 2ème stade : la douleur persiste après l’effort et dure depuis 2 à 6 semaines. La douleur est palpable lors de l’examen ;
  • 3ème stade : la douleur perdure depuis plus de 6 semaines et persiste plusieurs jours après l’effort. Elle apparaît dès le début de l’activité physique et limite nettement la capacité fonctionnelle ;
  • 4ème stade : les douleurs sont permanentes et empêchent toute pratique physique ou sportive.

À partir du troisième stade, les lésions tendineuses sont irréversibles et des traitements de longue durée sont nécessaires. Un bilan échographique peut être réalisé comme examen complémentaire, afin de confirmer le diagnostic. 

L’échographie peut notamment permettre d’exclure le diagnostic d’une rupture partielle du tendon, en plus d’évaluer correctement l’étendue des lésions. Une IRM est également parfois recommandée.

En cas de douleurs persistantes, demandez les conseils d’un médecin généraliste en ligne. Prenez soin de votre santé avec Feeli !

migraine ophtalmique
Article précédent
Comment soigner une migraine ophtalmique ?
Combien de temps d'arrêt pour une tendinite ?
Article suivant
Combien de jours d’arrêt pour une tendinite ?
15 49.0138 8.38624 1 4000 1 https://blog.feeli.io 100 0